«Euripide der Aufklärer. État de la question sur le rationalisme d'Euripide»

Conférence d'Adrian Mihai le mardi 3 novembre à la salle 413 du Pavillon Félix-Antoine Savard dans le cadre des Midis du Lapam, intitulée "Euripide et problème de l'«athéisme» à l'époque classique. Une question mal posée". Chercheur postdoctoral à la Faculté de philosophie de l'Université Laval dans le cadre du projet Partenariat Raison et Révélation : l'Héritage Critique de l'Antiquité, Adrian Mihai travaille sur le sujet suivant :

Euripide der Aufklärer. État de la question sur le rationalisme d'Euripide ;

«Le rationalisme étant défini le plus souvent, tacitement et implicitement, comme l’utilisation de la raison pour la critique (partielle ou complète) des croyances notamment religieuses, Euripide a été considéré, au moins depuis Nietzsche, comme l’un des représentants les plus éminents de l’Aufklärung grecque. De la fin du XIXe siècle du début du XXe siècle, on voyait donc dans Euripide surtout le rationaliste intransigeant et critique de toutes les aberrations de la religion traditionnelle (Verrall, Descharme, Nestle, Masqueray). Il s’est révélé que cette hypercritique, même si elle a suscité des réflexions analytiques fécondes, empêchait plutôt qu’elle ne contribuait à une compréhension globale de la pensée d’Euripide. On s’est en effet progressivement aperçu que derrière le soi-disant « champion du rationalisme » se trouvait le poète irrationaliste, esprit finalement inquiet et profondément religieux (Dodds, Pohlenz, Rivier et Snell). Dans ce projet, nous tenterons essentiellement de dresser un état de la question sur le soi-disant rationalisme ou irrationalisme d’Euripide pour enfin dégager, autant que cela est possible, ses vues d’ensemble sur la religion.»

Adrian Mihai est également l'auteur de nombreux travaux et vient de publier  L’Hadès céleste. Histoire du purgatoire dans l’Antiquité, Paris, Les Classiques Garnier, coll. « Kainon – Présence de la philosophie ancienne », 469 pages, le 3 mars 2015.

Image par défaut
Published on